Adhérer ou faire un don

Pourquoi un dossier "récréations"

Legrand Pierre

Les mathématiques ont, par rapport aux sciences physiques et naturelles, un lourd handicap : ne prétendant pas décrire ou expliquer le monde réel, elles ne font que très rarement les gros titres de la presse. Les élèves arrivent ainsi, bien souvent, lestés d’un préjugé défavorable envers une discipline considérée comme inutile et vide de sens.

Fort heureusement, les mathématiques ont aussi, face à leurs sœurs expérimentales, un avantage majeur : une feuille de papier et un crayon suffisent pour s’y adonner. C’est sur ce caractère de jeu intellectuel au moins autant que sur le rôle d’outil indispensable des autres sciences, qu’il convient,me semble-t-il, d’insister auprès des adolescents.

Les fins de trimestre et surtout (sauf dans les classes d’examen) les fins d’année sont un moment idéal pour proposer des activités ludiques demandant peu de connaissances, mais une certaine dose de réflexion et d’ingéniosité.

En outre le difficile apprentissage du calcul algébrique est grandement facilité et illustré par les innombrables petits problèmes du premier degré que le folklore universel nous offre sous un habillage aguichant.

Les récréations mathématiques ne constituent pas d’ailleurs une activité futile : elles ont depuis l’Antiquité accompagné les mathématiques et stimulé leur développement : les probabilités, la théorie des graphes et, bien sûr, la théorie des jeux sont le fruit de ce compagnonnage.

Etant donné l’importance de ce thème, le dossier que nous proposons à nos lecteurs est prévu sur deux numéros de notre bulletin. Disons quelques mots des textes figurant dans le bulletin actuel.

Les deux premiers articles présentent deux ouvrages anciens qui ont fait date :

  • les Récréations mathématiques et physiques d’Ozanam qui, parues en 1694 à l’intention d’un public cultivé mais non scientifique, ont été rééditées tout au long du $XVIII^e$ siècle ;
  • l’ Initiation mathématique de Laisant (1906), rééditée dix-sept fois, qui proposait une pédagogie révolutionnaire appuyée sur des activités ludiques tant numériques que géométriques.

Les deux articles suivants portent sur la réalité contemporaine :

  • le récit d’une activité en classe de cinquième, un travail sur les fractions fait à partir d’un ensemble de cartes fabriqué sur le modèle du jeu UNO.
  • la description d’une exposition faite à Lyon, à la Maison des Mathématiques et de l’Informatique , sur le thème « Mathématiques et magie ».
(Article mis en ligne par Catherine Ranson)