Le projet de programme de seconde entrevue du 17 avril 2009

L’APMEP a été reçue vendredi 17 avril 2009 à la DGESCO [1], à la suite de notre courrier du 29 mars sur le programme de seconde.

Nos interlocuteurs étaient Jean-Louis Nembrini, directeur général, Élisabeth Monlibert, sous-directrice des écoles, des collèges et des lycées généraux et technologiques et Véronique Fouquat, qui dirige le bureau des programmes d’enseignement et que nous avions déjà rencontrée avant la parution du projet, au début du mois de février.

L’entretien a duré 1h 30 et a permis de préciser plusieurs points.

Notre première question a porté sur le statut de ce projet : s’agit-il, comme l’indique son titre, d’un programme de transition destiné à la seule année 2009-2010, ou du programme de mathématique de la future classe de seconde comme l’a indiqué l’inspection dans diverses réunions ?

La réponse a été claire et formelle : il s’agit seulement d’adapter le programme actuel aux changements intervenus en classe de troisième (essentiellement disparition des vecteurs, introduction des probabilités, modifications du chapitre sur les fonctions).

La classe de seconde n’est pas modifiée à la rentrée 2009, et les horaires de mathématiques restent inchangés l’an prochain. Ce projet ne veut pas interférer avec la réflexion en cours sur la réforme du lycée, il vise simplement à permettre à la cohorte d’élèves aujourd’hui en classe de troisième de poursuivre un cursus cohérent jusqu’au baccalauréat.

Nous faisons remarquer que la structure de ce texte, construit sur chaque thème en deux étapes, semble au contraire anticiper une structure semestrielle. Vu les réactions devant cette remarque, nous prévoyons que le texte définitif ne reprendra sans doute pas cette forme.

Nous abordons la question des manuels ; la réponse est tout aussi nette : le programme définitif ne sera diffusé que dans la deuxième quinzaine de mai, et les éditeurs ne sont pas aujourd’hui en mesure d’écrire des manuels adaptés à un texte qu’ils ne connaissent pas. Le programme ne sera définitivement adopté qu’après avis du CSE le 11 juin ; il est donc impossible de faire paraître de nouveaux manuels l’année prochaine, et les anciens manuels resteront utilisés, peut-être accompagnés de quelques fascicules pour certains chapitres. En outre, il n’est pas question de faire acheter aux parents ou aux régions des manuels qui ne seraient utilisés qu’une année.

Les premiers éléments de la consultation commencent à parvenir au ministère. Nos interlocuteurs s’engagent à prendre très sérieusement en compte les avis qui leur seront donnés. Le projet en discussion est très largement amendable, et ne doit pas être considéré comme définitif. Les modifications apportées à sa suite, aux programmes des classes de première et de terminale seront diffusées en même temps que le texte du programme de seconde.

Nous expliquons le manque de préparation de la profession à un enseignement généralisé de l’algorithmique en seconde et proposons que ce chapitre soit seulement mis au rang des thèmes, de façon à ce que les professeurs volontaires puissent l’expérimenter. Nous demandons un chapitre introduisant les vecteurs, sous forme de couple de deux nombres, pour ne pas déstabiliser outre mesure les programmes des classes ultérieures, et nous réclamons une présence plus consistante de géométrie non repérée, permettant une mise en pratique des acquis du collège. Un travail sur les triangles semblables pourrait remplir ce rôle, en conduisant en particulier à cultiver la notion d’angle et les débuts de trigonométrie acquis en troisième.

Le souci de ne pas pénaliser les futurs élèves des sections scientifiques en élargissant le pas à franchir entre classes de seconde et de première paraît pris en compte par nos interlocuteurs qui réfutent l’idée d’un « lycée light ».

Nous profitons de cette rencontre pour demander des documents ressources pour accompagner les nouveaux programmes de primaire. Le principe en est accepté, et on nous promet qu’ils seront rapidement mis en chantier. Les résultats en mathématiques à l’évaluation de CM2 n’ont pas été aussi bons qu’escomptés, Jean-Louis Nembrini a donc le souci d’apporter des outils pour aider les professeurs des écoles.
Nous sortons de cet entretien avec l’impression d’avoir été écoutées, et d’avoir contribué à faire entendre les préoccupations des professeurs de mathématique.

Jean-Louis Nembrini nous a promis des informations sur le programme de seconde pour notre séminaire et a demandé à y être invité. Il y déléguera Véronique Fouquat.

 

Notes

[1DGESCO : Direction générale de l’enseignement scolaire

Les Journées Nationales
L’APMEP

Brochures & Revues
Ressources

Actualités et Informations
Base de ressources bibliographiques

 

Les Régionales de l’APMEP