523

De l’usage des récréations pour une « Initiation mathématique » selon Charles-Ange Laisant

Jérôme Auvinet [1]

Résumé

« Nous nous servirons de questions amusantes comme moyen pédagogique, pour
attirer la curiosité de l’enfant et arriver ainsi à faire pénétrer dans son esprit,
sans efforts imposés, les premières notions mathématiques les plus essentielles »

(Laisant, 1916, p. 7)

Cet article vise à pointer certaines récréations présentées dans l’Initiation comme
autant d’outils d’un enseignement qui se veut être un préambule à l’exploration plus
rigoureuse des mathématiques une fois que l’enfant aura atteint l’âge de 12 ans (et
pour lequel Laisant remarque que les récréations de l’Initiation demeurent
pertinentes). Les ressorts empiriques, les particularités visuelles ou calculatoires de
chacun de ces amusements, qui n’en sont finalement pas, font de ces récréations des
moyens pour « libérer l’enfance » (Laisant, 1916, p. 7) en se plaçant en dehors de
tout programme.

Plan de l’article

  • 1- Les récréations mathématiques dans l’architecture de l’Initiation
    • Une nouvelle utilisation des récréations
    • La pratique mathématique à travers les récréations
  • 2- Des nombres insolites pour initier au calcul
    • Une pratique calculatoire originale
    • Des « assez grands nombres » pour étonner
  • 3- Éduquer par le regard
    • Visualiser pour dépasser le symbolisme
    • Visualiser pour raisonner
  • Références des Textes historiques

 Télécharger l’article en pdf dans son intégralité

Notes

[1Laboratoire de mathématiques Jean Leray, Université de Nantes
Professeur au Lycée Roumanille de Nyons (26)
auvinet_jerome@yahoo.fr

L’APMEP

Brochures & Revues
Ressources

Actualités et Informations

Actualités et Informations avec nos partenaires

Base de ressources bibliographiques

Publimath, base de ressources bibliographiques

 

Les Régionales de l’APMEP

les Régionales de l'APMEP