Éditorial du BGV n°220

Libérez-nous !

- 14 octobre 2021 -

Bientôt, le premier quinquennat d’un ministre de l’Éducation Nationale va se terminer. La bataille du bilan va commencer. Pour notre association, qui n’a pas vocation à entrer dans l’arène politique, nous préférons nous en tenir aux constats, et rester force de proposition. Ce que nous voulons, c’est être en phase avec notre temps et apporter aux élèves et étudiants la meilleure éducation mathématique qu’il nous est possible de donner. C’est le sens de notre texte « propositions et revendications », dont le travail d’actualisation vient d’être mené. La frénésie de réformes nous a plus que bousculés, mais nous avons pris le temps de travailler à ce « manifeste » et de nous pencher à nouveau sur ce que nous souhaitons. Le travail des commissions, du comité, des adhérents, a permis de voter en juin la version actualisée de notre texte directeur, publié dans la nouvelle plaquette « Visages ».

Et parmi les revendications de la profession revient très souvent l’attachement à notre liberté, celle dite « pédagogique ». C’est que ce droit, inscrit étonnamment tard dans le code de l’Éducation (loi Fillon 2005, § L912.1.1), nous est très cher. Il fonde l’engagement dans le métier, il est au cœur de notre fonction. On ne dit pas à un enseignant comment il doit faire cours. D’ailleurs « faire cours » ou « faire la classe » ne se commande pas, tant le geste professionnel est lié à l’individu qui le met en œuvre. L’apprentissage n’est pas du travail à la chaine et ne s’automatise pas. C’est une affaire de moment et de situation. Ainsi, ce qui nous parait bienvenu est de nous aider à comprendre pourquoi ce que nous faisons est pertinent ou non, et de nous donner outils et conseils pour améliorer notre préparation. Mais la mise en musique nous appartient. Il y a là-dedans une part de création, au sens scénique du terme. Organiser, penser, scénariser, objectiver est notre quotidien professionnel. Nous en sommes fiers.

C’est peut-être ce qui fait que la machine tourne... Donner du jeu, toujours au sens scénique. La crainte d’un chef est souvent de penser que son employé, laissé à lui-même, va fainéanter. Nous entendons cela à mots couverts dans les discours hiérarchiques, et un des points noirs du bilan de notre ministre est d’avoir donné toujours plus d’importance aux actes hiérarchiques. Pourtant, le contrôle le plus fort de l’activité du maître n’est pas hiérarchique, il est systémique. C’est-à-dire que le système lui-même, s’il est bien pensé, fournit nécessairement les conditions d’un travail de qualité. L’élément le plus important de ce système n’est pas le Ministère, mais l’élève, ou plutôt le dipôle maître/élèves.

Peut-on imaginer arriver devant une classe, à l’heure dite, et n’avoir rien préparé ? Quel enseignant oserait réellement cela ? Même avec l’expérience, le risque est immense. Le groupe, désœuvré, risque fort de déraper, l’autorité de l’enseignant sera définitivement abîmée et le pauvre passera de mauvais quarts d’heure, à user d’autoritarisme sans aucun effet. Personne n’a envie de vivre ça… Le seul fait d’être face à un groupe peut mettre en danger l’enseignant. Faisons lui confiance, il ne se sabordera pas si facilement. La fainéantise se paie tellement cher dans le métier que très peu l’osent, même une seule fois.

L’autorité repose dans la confiance que l’élève met dans le travail de l’enseignant. Confiance dans la garantie d’un climat serein, et confiance dans la solidité du savoir proposé. Pour gagner cette confiance, pas de loi qui tienne. Elle repose sur le travail de l’enseignant, son expérience, et surtout son expertise. Et, disons le, sa capacité à saisir l’urgence du moment et à changer de cap si le vent ne porte plus. Pour cela, il faut de la liberté : laissez nous « faire » ! Disons le mieux : donnez nous les moyens de nous former continument. Et soyez en sûrs : si nous percevons la confiance de l’institution, nous ferons du bon travail, dans la souplesse et la rigueur. La raideur est nocive.

Alors, alors… Pourquoi vouloir imposer dans nos pratiques du contrôle continu à tire-larigot ? Pourquoi systématiser harmonisation de critères, sous-critères, points de vigilance, compétences, savoir-faire… quête par nature perpétuellement obsolète ? Pourquoi cadrer de manière serrée ce qui est fait ici, ce qui est fait là ? A-t-on trouvé la méthode universelle qu’il suffirait d’appliquer à la lettre, point par point, heure par heure ? La culture de la performance est une forme d’idéologie, une vision de l’humain. Il n’est pas certain que ce soit la nôtre. A priori elle ne garantit pas la pertinence de ce qui est enseigné, ni même sa cohérence globale quand son estimation est déclinée en évaluation de micro-tâches, ou qu’elle se base sur un attendu figé. La performance est confondue avec la compétence, et celle-ci est réduite, en éducation, à une acception discutable. Notre mission est-elle de formater des jeunes au si mal nommé « métier d’élève » ?

Pour faire simple, si ce quinquennat éducatif a connu une dérive, c’est celle d’un credo autour du contrôle continu, fausse panacée qui exige une sur-technicité à tout crin.
Ah mais, au fait, quand on parle de contrôle continu, est-ce celui du travail de l’élève ou du prof ? D’ailleurs, celui-ci a-t-il bien terminé le programme ? Et comment ? A-t-il feint ? Serait-il feignant ?

Libérez-nous, tout serait plus simple…

Pour autant, pas de liberté sans cadre, mais le pré enclos est préférable à l’étable ! Donnez-nous les moyens d’analyser et comprendre ce que nous faisons, par des ouvertures sur le monde de la recherche pédagogique et didactique, par des formations, du temps de travail en commun, par des apports, par des conseils de pairs, également experts. Voilà ce que nous souhaitons ! La mission Villani-Torossian en son temps en avait pris conscience. C’est une exigence pour notre prochain quinquennat.

 
 
 
Bureau national